Arrêt prolongé à Rotorua

Arrêt prolongé à Rotorua

Nous n’avions prévu que de passer à Rotorua, nous sommes finalement restés deux jours afin de profiter de la belle diversité des activités qui en font la première région touristique du pays (d’après notre hôte au camping).

Single-tracks dans la forêt de Redwood

Le pin rouge « Redwood » n’est pas natif de Nouvelle Zélande, il a été importé de Californie pour l’exploitation forestière. Atteignant rapidement des hauteurs impressionnantes, et doté d’un beau bois rouge, il a tous les atouts!

La forêt qui jouxte Rotorua a été aménagée avec de nombreux parcours de VTT, classés selon cinq niveaux de difficulté. Nous nous engageons dans deux parcours de niveau 3, le niveau intermédiaire. Le premier est en multiples boucles dans la belle forêt, le deuxième est un « challenge » (fait pour du contre-la-montre). Malheureusement les vélos loués au camping ne semblent vraiment pas faits pour cela! Ça vibre, ça craque, ça claque, les vitesses passent mal, bref, pas du matériel pour faire des exploits. (C’étaient bien sûr les vélos les facteurs limitants ;)).

Nous finissons par prendre le chemin du retour sur nos machines brinquebalantes, bien contents tout de même de la sortie.

Traditions et festin maori

Accueil par les guerriers maoris

Accueil par les guerriers maoris

Le soir même, nous voilà plongés dans une nouvelle expérience culturelle maori. Le Village Tamaki a été reconstitué pour montrer les aspects historique de la culture maori. Personne n’y habite, mais chaque jour des maoris locaux viennent assurer le spectacle pour les touristes curieux dont nous faisons partie.

Différents ateliers nous montrent les jeux, danses, exercices et traditions des maori. Ma prestation au jeu des bâtons ne dure que quelques instants, mais Nicolas fut très convainquant dans un haka effréné!

La soirée s’enchaîne sur un spectacle varié, depuis les chants et danses historiques jusqu’à d’autres plus modernes (où la guitare complète les tambours et les voix). J’avoue avoir un petit faible pour la version plus ancienne, plus tribale!

Le hangi maori : poisson, poulet, agneau, moules, farce, carottes, patates douces, sauces diverses, il y a de quoi manger !

Le hangi maori : poisson, poulet, agneau, moules, farce, carottes, patates douces, sauces diverses, il y a de quoi manger !

Enfin nous pouvons, grâce à nos efforts du matin, pleinement apprécier le festin proposé: un hangi, repas traditionnel préparé… sous terre, en cuisant à l’étouffée sur des pierres chaudes! Cela réveille quelques souvenirs 😉 Les saveurs sont très différentes, et le repas bien moins intime que celui préparé chez Julian et Maria dans les Andes, mais nous faisons honneur au buffet! De plus, quelques accompagnements typiquement anglais, tels qu’une sauce à la menthe, rappellent bien les goûts de la population actuelle du pays, d’origine mixte.

Palette soufrée !

La "Champagne Pool"

La « Champagne Pool »

Avant de quitter cette région intéressante, nous nous arrêtons pour visiter le site géothermique de Wai-O-Tapu. Le sous-titre « Thermal Wonderland » en dit long sur l’aspect touristique du lieu, mais il a l’avantage d’être vaste et très bien aménagé. La palette des bassins est large, mais attention, l’odeur de soufre monte vite à la tête! Pouah! On préfère oublier vite fait que l’on en a pris plein les bronches, pour ne garder que le souvenir d’en avoir pris plein les yeux!

One Comment

  • jean-claude
    09/03/2014 at 21:10 · Répondre

    La culture maori est vraiment originale !

    J’ai hâte que Nicolas nous apprenne le haka !

    Surprenant, toutes ces couleurs aussi étranges que jolies.

    Bises à vous deux.
    Jean-Claude


Leave a Comment Des remarques ou commentaires ? N'hésitez pas !!