Autour de Pucon

Autour de Pucon

Notre deuxième étape en Auracanie n’est autre que la touristique Pucon, plaque centrale du tourisme de montagne de la région. Mais nous sommes plutôt agréablement surprises: le ville est très touristique mais loin d’être insupportable.

Baptêmes au Villarica!

L’attraction phare du coin, c’est le volcan actif Villarica. Son ascension ne présente aucune difficulté technique mais nécessite de chausser des crampons, ce que Cristina et Marika n’ont jamais fait! Autre condition: l’ascension ne peut se faire qu’avec une météo favorable. Heureusement ils annoncent beau pour vendredi, c’est l’occasion!

Prêtes à gravir le volcan Villarica, avec le volcan Llaima dans le dos.

Prêtes à gravir le volcan Villarica, avec le volcan Llaima dans le dos.

Le RDV est à 6h30, mais il est 10h passées quand nous commençons enfin l’ascension, depuis 1800m environ. Nous sommes hyper motivées!! Il y a plusieurs groupes, et nous sommes malheureusement à la queue leu-leu, dans un rythme trop lent pour nous… Le bon côté est que cela laisse le temps d’admirer le paysage magnifique! Le volcan Llaima est visible au loin, au milieu d’une mer de nuages : « on y était! ».

Le volcan Llaima dans une mer de nuages.

Le volcan Llaima dans une mer de nuages.

 

Au départ, on utilise des marches bien taillées dans la neige. Puis, aux alentours des 2400m, la neige est bien plus gelée et les crampons deviennent nécessaires. Double baptême 🙂 Le Villarica est bien plus clément pour cela que le Pisco, et Cristina comme Marika n’ont aucune difficulté à poursuivre l’ascension, crampons aux pieds.

En cours d'ascension.

Parait-il que nous grimpons depuis déjà trois heures, mais à l’arrivée au cratère, à 2850m, on ne peut s’empêcher un : « déjà ?!? ». Nous aurions toutes volontiers signé pour 300 à 500m de plus! Mais qu’importe, la vue est sublime de tous côtés: dans ce cratère fumant, agrémenté du jaune du soufre et des couleurs variées des oxydes métalliques, et surmonté d’un mur de neige à pic ; et bien sûr tout autour de nous, d’où d’autres volcans et montagnes brillent à l’horizon.

Seul bémol à ce point de vue idyllique: le vent glacé qui souffle sans relâche, menaçant parfois de nous faire perdre l’équilibre, et gelant les mains sur les appareils. Le déjeuner est rapidement englouti, car nous avons à peine 10 minutes allouées avant de redescendre.

Une descente 100% fun !

Descente accélérée!

Descente accélérée!

La neige étant bien gelée au sommet, nous commençons la redescente en crampons, parfois droit dans la pente bien raide! Voilà qui est impressionnant, et démontre une fois de plus l’efficacité redoutable des crampons! Puis la neige se ramollit, et c’est le moment que nous attendions avec à la fois de l’envie et un peu d’inquiétude… Car il s’agit de redescendre du volcan en luge! Une très belle idée qui rend la descente à la fois bien plus ludique et beaucoup plus rapide! L’agence a fourni les épaisseurs protectrices pour les pantalons et des luges-pelles (efficaces et légères). Des goulottes se sont formées dans la pente au fil des descentes précédentes, il s’agit donc de se positionner au début du toboggan et de se laisser gliiiiiiiiiiiiiiiisser! Enfin, « se laisser glisser » ne rend pas justice à l’exercice, car en fait on glisse plutôt mal 🙁 Mais moyennant un peu d’effort, une position bien en arrière, voire un pédalage fatigant des pieds à l’avant, on parvient à prendre de la vitesse. Et voilà le troisième baptême de la journée, car Cristina n’avait jamais non plus fait de luge. Quelle fantastique cadre pour essayer! Seule Lucie, sans doute trop légère, ne parvient pas du tout à glisser 🙁 Pour nous autres, c’est une descente pleine de sensations, dont on se sort trempées de neige et quelque peu secouées, voire bleuies, mais ravies.

Forêts et lacs au Parc Huerquehue

Notre deuxième excursion depuis Pucon est le Parc Huerquehue (nom que nous vous mettons au défi de prononcer ne serait-ce que 5 fois d’affilée!), connu pour sa faune et sa flore ainsi que ses petits lacs enchanteurs. Bizarrement les transports ne sont pas des plus fréquents pour s’y rendre, et il vaut mieux surveiller sa montre de près à l’aller comme au retour. Les cartes sont également rares et celle que nous avons récupérée est loin de l’IGN 25 000eme ; il nous semble que le parcours balisé sera plat et vite terminé, aussi envisageons-nous des prolongations diverses…

Lac Tinquilco.Le « chemin des lacs » commence en longeant le lac Tinquilco (« Tequila » pour les intimes, afin de rester dans la thématique de renommage précédente), avec des pancartes explicatives de la faune et la flore très intéressantes. On retrouve ici nos amis les bambous chiliens et les coigües, ainsi que des tas d’autres feuillus et quelques fleurs australes. Nous retrouverons aussi les auracanias, mais plus haut dans la montagne. On rencontre des scarabées chamarés et un « pic-noir » au nom réel compliqué (un cousin du pic-vert?), mais les animaux miniatures typiques de la zone (le monito, mini-marsupial, ou le pudu, mini-cervidé) resteront invisibles. Le terrain s’élève d’abord doucement puis vraiment sérieusement. Pour une balade plate et facile, nous prenons une bonne suée! Avec la belle récompense de la vue qui devient rapidement panoramique, et de chutes d’eau qui dévalent la colline.

Enfin nous parvenons au plateau de l’autre côté du col. Ouf! Les lacs s’offrent à nous, à commencer par le plus beau, le lago Chico, sur fond d’une belle paroi rocheuse verticale. Comme la météo l’avait prévue, la météo se couvre petit à petit, mais elle nous épargne tout de même suffisamment longtemps pour un agréable déjeuner sur le lac Toro.

La suite de la journée se passe pour ma part dans du coton, mon cerveau ayant décidé de réclamer une sieste obligatoire (sans doute suite aux petites nuits à répétition). C’est donc en mode automatique que j’emboite le pas des filles, sur des montagnes russes qui nous emmènent à travers la forêt jusqu’aux lacs Huerquehue (tout petit, on se demande pourquoi il a donné son nom imprononçable au parc), Patos et enfin Verde. Vers 15h le crachin annoncé se manifeste, rendant glissant le chemin, et particulièrement la descente qui nous ramène vers l’entrée du parc. Mais heureusement le déluge attend l’instant de notre entrée dans le bus pour donner toute sa puissance. Nous lui en sommes reconnaissantes!

C’est l’heure d’un bon (et même excellent!) chocolat chaud pour se remettre un peu de cette belle balade! Peut être pas celle qui restera le plus dans nos souvenirs, mais la journée fut tout de même très agréable malgré la météo.

Chocolat et biscuits au "Café de la P".

Chocolat et biscuits au « Café de la P ».

Marinade et rôtisserie.

DSC07564_640pxAprès beaucoup d’hésitations, nous avons opté pour cette dernière courte journée autour de Pucon pour la découverte de l’un des nombreux centres thermaux de la vallée. C’est aux thermes de Peumayen que nous allons, et nous ne regrettons pas le réveil (à nouveau) matinal lorsque nous découvrons ces bâtiments en bois superbes, ces petites cabanes au dessus de la riviere, la piscine à 33 degrés et le petit bassin à 38-40 au bord du cours d’eau. Malheureusement le temps est encore couvert, accompagné d’une température avoisinant les 6 degrés, ce qui n’invite guère au lézardage en extérieur. On opte donc pour la piscine pour commencer, pour barboter dans les eaux fortement minéralisées, bien à l’abri dans le bâtiment chauffé.

Mais il faut bien l’avouer, au bout de quelques heures on finit par se refroidir, dans l’eau puis sur les transats (quelle vie difficile) et craquer pour une douche chaude. Seule Cristina a l’énergie pour rester en maillot pour descendre aux bains thermaux naturels près de la rivière. Qui apparemment sont divins, dur de sortir de la marinade quand vient l’heure du bus! Lucie profite de la vue en trempant ses pieds mais a vite froid.

Quant à Marika et moi, nous nous sommes laissées attirées par l’éclat du feu dans le bâtiment d’en face, qui nous roti à petit feu pendant que nous travaillons aux cartes postales et blog en cassant la croûte sur une superbe planche de charcuterie accompagnée d’un délicieux pain maison. On a connu pire pour passer une matinée de grisaille!

Quand ça ne veut pas…

Notre plan était de quitter Pucon pour Puerto Varas dans l’après-midi, par l’un des deux seuls bus faisant la liaison dans la journée (qui a dit sur cette ville est touristique?!?). Malheureusement c’était dans compter que nous sommes dimanche, et nous découvrons un peu tard que les chiliens semblent beaucoup partir en week-end: le bus est complet. Nous nous retrouvons avec des billets pour un voyage épique à trois changements dont une portion debout. Et quand ça ne veut pas, ça ne veut pas… Le bus est en retard a la troisième connexion, que nous ratons, et tous les bus suivants sont archi-pleins! Nous voilà coincées à Valdivia! Dans la bonne humeur tout de même, car ce genre de contretemps fait partie intégrante des voyages, et nous avons vite fait de changer tous nos plans pour prendre en compte ce nouveau état de fait. Finalement la ville est loin d’etre désagréable, au confluent de plusieurs rivières. Un mal pour un bien, donc ! Et nous repartons le lendemain à 7h pour finir notre trajet, direction l’île de Chiloé.

6 Comments

  • ChtiteCo&Family
    03/12/2013 at 10:28 · Répondre

    Géniale l’expédition au Villarica ! Il va falloir vous trouver un volcan encore plus haut après ça si je comprends bien 😉
    Sympas aussi les autres sorties, et les découvertes improvisées grâce au système de transports en commun…

  • seb
    02/12/2013 at 21:28 · Répondre

    Génial ce petit reportage! Merci tu vends tu rêves aux parisiens. A Luce et moi en tous cas! On aurait bien fait une petite descente en luge. Eclate-toi bien. Bonjour à Cristina. Bises.

  • Marie Claire
    02/12/2013 at 15:02 · Répondre

    chapeau. Digne d’un documentaire sur Arte

  • Jean-claude
    29/11/2013 at 16:17 · Répondre

    Âvec mon petit surplus de poids, j’aurais pu faire un rail pour la descente en luge !!

    • stephpiou Author
      02/12/2013 at 21:40 · Répondre

      J’aurais aimé voir ça 😉
      On prend de la neige de partout ceci dit… Résultat, on finit par avoir froid et être bien trempé! Mais bon, ça vaut le coup pour la rigolade!

  • Mum
    29/11/2013 at 09:42 · Répondre

    La descente en luge devait valoir le coup!


Leave a Comment Des remarques ou commentaires ? N'hésitez pas !!