Randonnée jusqu’à la Cataracta de Gocta

Randonnée jusqu’à la Cataracta de Gocta

En avant pour l’antre de la sirène !

La cascade de Gocta

La cascade de Gocta est la 3e plus haute du monde, avec ses 771m de haut !

 

 

C’est une compagnie de quatre qui se met en route de bon matin pour la cascade de Gocta : Ciara, la voyageuse irlandaise que j’ai rencontré la veille, Leonido, guide local formé par l’association de tourisme communale, un service de sécurité renforcé (le chien de la famille qui nous héberge nous a accompagné) et moi-même.

Et oui, il faut ce qu’il faut ! Car au bout des 2h de marche dans une nature luxuriante, entre toiles d’araignées, fossils qui font les morts, papillons affamés, terriers suspects et gouffres quasi-infranchissables, c’est bien l’antre de la sirène qui nous attend ! (j’espère que vous entendez la petite musique à suspense…).

Fossils andins.

Une belle preuve que la mer est passée par là !

Flopée de papillons

 

Notre guide nous conte la légende de la sirène alors que nous approchons. Il y a plus de mille ans vivait Gregorio, un des premiers habitants de Cocachimba. Un jour, il acquit un grand chaudron en or, rempli de bijoux… Dont madame ne vit pas la couleur. Celui-ci n’était pas de toute première jeunesse, sa femme non plus, et ils n’avaient pas d’enfants. Gregorio se mit à s’absenter souvent, partant en direction de la cascade de Gocta. Un jour, il acquit un grand chaudron en or, rempli de bijoux… Dont madame ne vit pas la couleur.

Un jour elle se mit en tête de le suivre jusqu’à la cascade, sans qu’il ne s’en aperçoive. Arrivée là bas, elle le voit à moitié dans l’eau, aux côtés d’une superbe jeune femme, qui avait la particularité d’avoir des écailles à partir de la taille. Lorsqu’elle les interpela, la sirène attrapa Gregorio et l’entraina avec lui dans les eaux de la cascade. La sirène attrapa Gregorio et l’entraina avec lui dans les eaux de la cascade. Madame rentra en pleurant au village. Mais la nuit suivante, Gregorio apparut dans ses rêves pour lui dire qu’il ne rentrerait pas, qu’il était bien là où il était… De là naquit la légende d’une cascade sous laquelle dort un chaudron d’or et de bijoux, et dont il ne faut pas approcher de peur de se faire entrainer sous l’eau.

(L’exactitude de cette interprétation de a légende est non contractuelle, c’est en tout cas ce que j’ai compris de l’explication du guide !)

La sirène de Gocta ?

Il fait un peu trop froid pour se mettre à l’eau et jouer la sirène!

 

Une légende qui perdure encore aujourd’hui.

La sirène aurait été revue une fois seulement dans la vie du village, par un jeune homme qui allait pécher dans le ruisseau en aval de la cascade. Il suivait le lit du ruisseau quand il aperçut en amont, au dessus, le haut du corps d’une femme rousse dans l’eau. Il n’a pas cherché à vérifier s’il y avait bien une queue de poisson là dessous, il a fuit jusqu’au village. Ceci a renforcé la crainte des villageois. Encore aujourd’hui, notre guide y croiyait visiblement dur comme fer. Interrogé sur ce qu’il pense du fait que des groupes vont là bas, que lui-même y va très souvent, il répond que l’arrivée du tourisme ici a permis de montrer que la sirène ne se montre pas à es groupes. Mais il a complété en disant que, pour autant, les villageois ont toujours peur de s’y aventurer seuls…

En repartant, il s’est retourné plusieurs fois vers la cascade. Voyant que je le regardais, il m’a avoué : « J’aimerais voir la sirène »…

 

Un bonus qui donne des ailes

Alexandro, le président de l’association de tourisme communal, nous a très gentiment proposé de nous emmener voir un observatoire de colibris, où nous aurions la possibilité de voir l’espèce endémique du coin, le colibri « à queue en spatule » (« Cola de Espátula » en langue originale). Le froid a malheueusement écourté l’expérience, mais il n’en reste pas moins que ces oiseaux sont incroyables de rapidité.

Après le jeu de les trouver sur place, il y a le jeu de les trouver sur les photos… On s’accroche !

Colibri gris

 

Vous l’avez ? Et celui-ci ?

Colibri flamboyant

 

Attention, beaucoup plus dur, l’insaisissable Colibri à queue en spatule !

Colibri à queue en spatule

 

Bon, si vous n’êtes pas sûrs de l’avoir vu, je vous encourage à aller voir ce site, avec des photos plus claires (comment ça elles ne sont pas claires mes photos ??)

One Comment

  • ChtiteCo&Family
    17/09/2013 at 12:29 · Répondre

    Ah oui, rapides les colibris 🙂


Leave a Comment Des remarques ou commentaires ? N'hésitez pas !!