Escapade en Mordor

Escapade en Mordor

Hésitations logistiques et arguments météorologiques

La préparation de notre trek dans le Tongariro National Parc aura fait l’objet de nombreuses tergiversations. Décidés à nous lancer dans la « version longue » de cette traversée du Mordor (c’est ici qu’on été filmées certaines scènes du Seigneur des Anneaux), il restait à décider : « long comment? ».

La Nouvelle-Zélande compte deux organismes cruciaux pour les touristes:

– le Department of Conservation (DOC), en charge de la conservation des espaces protégés, de l’entretien des sentiers de randonnée et des campings publics

– les « i-sites », offices de tourisme le plus souvent bien renseignés et très serviables.

Le Tongariro Northern Crossing fait parti des « Great Walks », les « incontournables » des treks proposés par le DOC. Ils l’annoncent pour 3 ou 4 jours de randonnée. Mais à l’i-site, nous découvrons qu’il s’agit de journées de 3 heures de marche, alternées avec des journées de 5-6 heures. Avec (information difficile à trouver!!) un dénivelé tout à fait raisonnable. Dernier point pour nous décider: la météo est bonne pour samedi et dimanche, moche lundi. C’est donc parti pour un Tongariro Northern Circuit en deux jours!

Les indicateurs d’activité volcanique sont au vert: pas d’activité volcanique anormale à signaler. Un élément important quand il s’agit de rendre visite à un volcan actif!

Un départ en contretemps…

Réveil à 5h30, le petit déjeuner est copieux pour tenir la matinée. Nos sacs sont prêts d’hier, avec de quoi tenir des températures bien froides en altitude, nos affaires pour la nuit prochaine, et bientôt la nourriture pour les deux jours. L’eau est ce qui pèse le plus lourd, car on nous a prévenus de prendre suffisamment pour deux jours, car il y a très peu d’eau au refuge…

Alors que nous mettons les gaz pour nous rendre au point de départ du Northern Circuit, un voisin vient toquer à la fenêtre: c’est un couple de français, en rade de batterie. Visiblement leur location chez « Wicked Campervan » ne leur donne pas satisfaction: « on nous a donné une épave »! Malheureusement nous ne savons pas où se trouve notre propre batterie de moteur. On ouvre le moteur (qui se situe sous le siège passager), on inspecte sous le tableau de bord… Et finissons par conclure qu’il leur faudra demander de l’aide à une voiture plus « conventionnelle » (ou quelqu’un connaissant mieux sa machine!).

Il est 7h30 passées quand nous atteignons le village de Whakapapa, notre point de départ. Le soleil est déjà levé, mais encore très bas sur l’horizon. Le campervan va rester une nuit seul sur un parking, nous en choisissons un où il y a l’air d’avoir du monde… Espérons le retrouver avec toutes nos affaires demain! On remonte la rue, on la redescend…

Il semble que toutes les randonnées soient indiquées sauf le Northern Circuit, pourtant une « Great Walk »! Il nous faut rallumer le téléphone pour trouver le départ… Et apercevoir du même coup le minuscule panneau qui indiquait de tourner derrière le « Château Tongariro ».

Nous voilà avec 45 minutes de retard sur le parcours, pour une journée annoncée entre 8 et 9h de marche. Il ne faut pas trainer!

Le Ngauruhoe et le Taranaki, au loin.

Le Ngauruhoe et le Taranaki, au loin.

 

L’approche…

Lande colorée du Tongariro

Lande colorée du Tongariro

La première portion de la randonnée, correspondant à la « première journée », nous emmène à travers une lande colorée, dorée par le soleil rasant. Le chemin est argileux parfois difficile. Heureusement qu’il est bien sec, car sinon ce serait une patinoire! Nous sommes guidés par le cône majestueux du Mt Ngauruhoe, tandis que le Tongariro, plus petit et plus intégré à une chaîne de volcans, est un point de repère moins net. Il fait bien frais, le sol porte encore des traces de givre de cette nuit!

Des nids d'araignées ?

Des nids d’araignées ?

 

Petit à petit, nous contournons les volcans, attendant impatiemment de nous en rapprocher. Enfin le chemin pique à droite, vers l’Est. Des pierres de lave commencent à apparaître sur le chemin. Nous voilà en zone volcanique!

Vue de la terrasse de la première cabane. Devant nous : le volcans !

Vue de la terrasse de la première cabane. Devant nous : les volcans !

Et rapidement, nous atteignons le premier refuge du circuit. C’est une petite cabane, dotée d’une belle terrasse en bois, faisant face aux volcans. Il est 10h10, la « première journée » du trek officiel s’est terminée plus vite que prévu. De quoi nous laisser le temps pour une agréable pause!

Ascension sur le « Tongariro Crossing »

La portion suivante est annoncée comme le « clou » de ce circuit en termes de paysage. Il s’agit de grimper jusqu’au col qui sépare le Tongariro du Ngauruhoe, puis encore plus haut jusqu’au Cratère Rouge, cratère actif de cette chaîne volcanique. Nous rejoignons pour l’occasion le parcours de la randonnée à la journée « Tongariro Crossing », très populaire. En ce samedi de beau temps, il y a foule, malgré l’heure avancée.

Nous nous élevons dans un paysage beaucoup plus lunaire, où la végétation a bien du mal à reconquérir des coulées de lave d’un noir d’encre, et des amas de scories déchiquetées. Nous sommes maintenant entre les deux volcans, et l’on ne sait plus où donner de la tête…

Mais celle-ci est bien vite rappelée vers les pieds, qui affrontent une infinité de marches sur ce flanc de volcan. Elles sont précieuses, ces marches qui évitent de galérer dans les pierriers instables. Mais elles cassent les jambes, et je sens bien que les mois de janvier-février ont été tout en retrouvailles et beaucoup moins en sport. Dur, surtout avec nos sacs pour deux jours!

Le Ngauruhue

Le Ngauruhue

Le Ngauruhoe est saisissant, à quelques encablures de nous, on distingue très bien les différentes coulées de lave. Elles ont peint les flancs du cône de teintes diverses suivant les minéraux qui se sont oxydés, et exprimés. Après un replat trompeur (pour les amateurs du Seigneur des Anneaux: l’entrée de « Mt Doom » serait là!!), une nouvelle volée de marche (encore!), enfin voici le sommet. La vue magnifique récompense largement

De l'autre côté, une vallée désolée.

De l’autre côté, une vallée désolée.

l’effort de la montée: le coté nord du Ngauruhoe nous fait face, et apparaît maintenant un nouveau paysage de scories volcaniques, désert noir dans lequel nous devrons plonger très bientôt. Mais surtout, juste là, apparaît le Cratère Rouge, flamboyant au soleil. Les fumerolles incessants nous rappellent que tout ceci est bien actif. On en resterait bouche bée pendant des heures si la zone sommitale n’était pas bondée de marcheurs pas toujours respectueux des voisins. Qu’importe, cette image précieuse viendra rejoindre le catalogue de nos souvenirs des merveilles de la nature!

Cratère principal

Cratère principal

Une arête bien raide nous fait descendre sur le versant nord de la chaîne du Tongariro, longeant le cratère principal, jusqu’à une série de lacs chamarés: les « lacs Émeraude ». Nous sommes doublement ravis de les voir: ils sont superbes, et ils marquent la séparation du Tongariro Alpine Crossing du Northern Circuit. Alors que les lacs émeraude disparaissent derrière d’épais fumerolles, s’atténue également les cris et bribes de musique qui ont ponctué l’ascension sur le « Crossing ». Ouf!

Une vallée digne du Mordor

La vallée désolée, digne du Mordor.

La vallée désolée, digne du Mordor.

Après avoir bien aidé à la montée, les bâtons de marche prouvent une nouvelle fois leur valeur dans la descente très raide qui nous amène à la vallée désolée qu’il nous reste à longer. Mon dos crampe sous le poids du sac (mal réglé?) et la dernière heure et demi semble bien longue. Voilà bien un paysage digne du Mordor*, à ceci près que le soleil brille, fort heureusement!

DSC00125_640px

Le refuge est plein, et la nuit révélera une nouvelle fois le caractère indispensable des boules Quiès. Mais en attendant, le coucher de soleil découpe le Ngauruhoe (face ouest cette fois) en ombres chinoises. La température chute très vite. Un bon dîner et hop, dans le bon gros sac de couchage!

« There, and back again… »

Le soleil se lève, embrasant le Ngauruhoe et les nuages à l’horizon. Il est l’heure de prendre le chemin du retour! Le désert volcanique est étincelant de givre, les rayons du soleil sont bien rasants, c’est superbe!

 

Plante givrée au soleil levant.

Mt Ruhapehu

Mt Ruhapehu

Petit à petit, nous faisons le tour du Ngauruhoe pour nous retrouver sur son côté sud. Ce qui nous rapproche du massif Ruhapehu, qui présente encore quelques névés qui ont résisté au soleil tout l’été. Pas de gros dénivelé aujourd’hui, c’est « presque plat ». Le « presque » a quand même son importance!

La végétation reprend progressivement ses droits. Nous faisons un détour par le « Lower Tama Lake », un lac niché dans un ancien cratère. Puis nous quittons définitivement la zone volcanique, ce que nous indique laconiquement un panneau marqué « end of lava flow » – « fin de la coulée de lave ».

 

Cela n’en finit plus de finir dans ce « presque plat », et lorsqu’on marche on perd facilement la notion du temps. Nous aurons donc mis environ huit heures pour regagner le van, pauses comprises. Lui nous attendait bien sagement au parking, avec toutes nos affaires à l’intérieur.

Adieu Ngauruhoe et Tongariro !

Adieu Ngauruhoe et Tongariro !

 

Voilà la fin d’un beau tour volcanique, avec des points de vue sublimes et des moments où perdre complètement la notion du temps à louvoyer entre des scories projetées par les seigneurs du coin. Un voyage en soi, que nous sommes par ailleurs ravis d’avoir complété sur deux jours (tout à fait faisable avec un bon rythme de marche).

 

*Pour ceux qui auraient du mal à suivre les références au Seigneur des Anneaux, toutes mes excuses. Nous avons fait un stage intensif « les trois versions longues en trois jours » avant de venir, afin de pouvoir reconnaître ce qui peut l’être… Serait-ce une occasion pour vous de revoir les films ?

2 Comments

  • Cécile
    20/03/2014 at 11:16 · Répondre

    C’est magnifique ! Je suis désolée de me répéter mais là je suis sciée !

    Bises !

  • La Cahute de Villechenève
    15/03/2014 at 14:50 · Répondre

    Les photos sont superbes et les récits captivants. Merci pour le partage de ses beaux moments. Bonne continuation et profitez-en bien. Des bisous.


Leave a Comment Des remarques ou commentaires ? N'hésitez pas !!