Mise en jambe dans le Northland

Mise en jambe dans le Northland

Une fois les courses et les premières formalités terminées, nous prenons au plus vite la route pour sortir de la ville. Nous n’avons vu que très peu d’Auckland, mais nous sommes surtout ici pour la nature!

Un petit goût de liberté!

La ville laisse vite place à une campagne verdoyante, qui déroule ses collines comme pour tester le moteur du campervan, désormais baptisé Upié. Dur dur dans les côtes! Nous choisissons notre itinéraire grâce à l’excellent site rankers.co.nz (merci François!!!), qui nous permet de cibler les activités et campings plébiscités par d’autres voyageurs.

Voici un joyeux mélange de nos expériences dans le Northland, entre paysages, éléments et remise en jambe…

Des randonnées à la découverte de la flore locale…

DSC09442_640pxNotre première balade nous emmène dans un lieu qui, comme beaucoup d’autres ici, a un nom est à peine lisible, difficilement prononçable, et surtout impossible à retenir: c’est la Tawharanui Regional Reserve. Longeant la côte sous un grand soleil (voilà longtemps qu’on n’a plus eu aussi chaud!), nous admirons les rochers découpés, la végétation variée, les vagues que chevauchent quelques surfeurs. Le temps fort de la balade? Un bosquet particulièrement préservé, où nous rencontrons pour la première fois les massifs kauris, une espèce d’arbres endémique pouvant atteindre des tailles gigantesques. Ils poussent entourés de beaucoup d’autres espèces dans une jungle saturée du chant assourdissant de cigales et d’oiseaux, dont nous apercevons plusieurs espèces.

DSC09643_640pxSur la côte ouest du Northland, le Hokianga Harbour est un haut lieu de la culture maori. Cette zone est aussi particulièrement connue pour sa forêt de kauris. Nous avons choisi de pénétrer dans cette forêt en fin de journée, avec un guide maori grâce à l’organisation « Footprints ». Une superbe expérience qui permet de découvrir ces arbres dans leur contexte folklorique maori, avec révérence et au son de chants traditionnels et des cris d’oiseaux nocturnes.

Nous en apprenons beaucoup sur cette espèce qui pousse sur des milliers d’années, droits comme des « i » afin de mieux atteindre la lumière du soleil. Le « Père de la Forêt », d’environ 3000 ans, et le « Dieu de la Forêt », d’environ 2000 ans, sont immenses et impressionnants. « Though you are small, you are of great value ». Leurs branches massives supportent des dizaines d’autres espèces végétales, dont des arbres d’autres espèces dont les graines sont venues germer là! Issus de toutes petites graines, ils inspirent la maxime maori : « though you are small, you are of great value »« tu as beau être petit, tu es de grande valeur ». Un moment fort qui nous a donné un aperçu de la culture maori!

Le paysage de la chambre à coucher… chaque jour renouvellé !

La joie du campervan: la vue de la chambre – et la salle à manger – change tous les jours!

Au Whangaruru Harbour, il fait gris…

DSC09473_640px

Tandis que les deux nuits passées le long du Hokianga Harbour nous ont offert de superbes paysages au coucher et au réveil : température idéale, un petit vent rafraîchissant, un soleil qui joue à cache-cache derrière les nuages, au dessus d’un magnifique fjord. De l’autre côté, des montagnes et collines se détachent en ombre chinoise, rehaussant la beauté des eaux miroitantes. Une petite piscine permet également de se rafraîchir d’un plouf. Que demander de plus qu’un dîner pris devant une telle vue? Nous sommes ravis.

 

Et quelques rencontres intéressantes…

En passant par hasard à Russell, petite bourgade tranquille au bord de l’eau, nous tombons en plein spectacle historique monté par les habitants. En voilà de beaux costumes!

DSC09485_640px

Maquette du "R. Tucker Thomson"

Maquette du « R. Tucker Thomson »

 

Un peu plus tard, dans la plus touristique Paihia, nous nous renseignons sur une offre de croisière pas tout à fait comme les autres: les profits de l’exploitation du deux-mâts « R. Tucker Thomson » servent à financer des formations de voile pour des enfants en difficulté. Une rencontre très intéressante, racontée plus en détail ici.

 

Alors, avez-vous trouvé les références ?

La plus simple : la fougère argentée. Vous l’avez sans doute vue… Représentée sur un fond noir… Sur le maillot All Black ! Et oui, c’est elle !

Plus dur, la fougère repliée en spirale… D’après Bill, c’est elle que l’on retrouve sur le drapeau maori !

 

No Comments


Leave a Comment Des remarques ou commentaires ? N'hésitez pas !!