Navigation arrosée

Navigation arrosée

A la première tentative, le vent a tout fait capoter. J’ai bien cru que la pluie allait en faire de même à ma deuxième et dernière chance d’aller à la rencontre des pingouins de Magellan sur l’île du même nom, où vit une grosse colonie. Le réveil à 6h ayant été précédé par le martèlement des gouttes, la motivation pour sortir de sous la couette n’était pas immense, je l’avoue.

Etonnamment, on m’accueille à l’agence avec un grand sourire: « oui oui le bateau part, on a de la chance avec le temps« ! Euh! Et oui car petite pluie chasse grand vent, et le vent est l’ennemi n°1 de la navigation, pas la pluie. Il faut dire aussi que l’agence a cette saison du annuler 60% de ses sorties à cause du vent, alors si la pluie était aussi rédhibitoire, autant mettre la clé sous la porte!

Le petit groupe s’installe dans le zodiac couvert avec une certaine appréhension. Personne ne s’attendait vraiment à ce type d’embarcation ! Et les américains de s’étonner de ne pas avoir signé une liasse de paperasse dédouanant la responsabilité de l’agence… Question de culture !

On se croirait dans Happy Feet !

L’Isla Magallanes approche, et on distingue nettement la multitude de tâches blanches qui ne sont autres que les pingouins. Ils m paraissent innombrables, et pourtant toute la colonie n’est pas là : seuls les couples adultes sont arrivés, pour la période de reproduction. Ils sont tout de même déjà plus de 60 000 ! Quand les juvéniles les rejoindront, ils seront dans les 120 000 ! Grosse fiesta en perspective…

Chants pingouins

Pour l’instant, l‘île résonne de toutes parts de cris stridents. Les couples se forment ! Et comme pour les manchots empereur, c’est à qui aura la plus grosse voix qui trouvera le plus facilement chaussure à son pied. Des scènes étonnantes de compétition entre mâles se déroulent. Mais dans de nombreux cas, les dés sont déjà jetés, les couples formés devant les nids. Et madame est parfois déjà à l’intérieur…

Madame pingouin dans le nid.

Un premier petit pionnier est même déjà sorti du nid !!

Bébé pingouin de Magellan.

 

Les pingouins sont partout, dans tous les coins. Certains profitent même des constructions au sommet de l’île !

C'est pas parce qu'on est pingouin qu'on aime forcément la pluie !

C’est pas parce qu’on est pingouin qu’on aime forcément la pluie !

 

Ambiance harem chez les lions de mer de l’île Marta.

Lions de mer juvéniles.Le bateau met ensuite le cap sur l’île Marta, où vit une grosse colonie de lions de mer. Pas question de débarquer ici, ces gros tas sont agressifs.

Les juvéniles, curieux, se mettent tout de suite à l’eau lorsque nous approchons. Notre capitaine, très inspiré par la société lion de mer, m’explique qu’on ne trouve pas dans ce groupe de femelles adultes : elles sont groupées en harem de 10-12 pour un mâle, qui ne les autoriserait pas à se mettre à l’eau ainsi…

Harem lion de mer.

 

Le bonus inattendu !

Inattendus et apparemment rares dans ces eaux, des dauphins nous font l’honneur de venir nous saluer, à l’aller comme au retour. Difficile de photographier ces insaisissables joueurs

Dauphin bonus !

No Comments


Leave a Comment Des remarques ou commentaires ? N'hésitez pas !!