L’ADIE

Un acteur de l’Economie Durable en France

Association pour le Droit à l’Initiative Économique (ADIE)

Définition

L’ADIE a été créée en 1989 par Maria Nowak en adaptant à la France le principe du microcrédit, mécanisme financier qui a largement fait ses preuves dans les pays du tiers-monde, en Asie, Afrique et Amérique Latine.

Depuis ses débuts, les missions de l’ADIE sont restées inchangées :

Financer

Financer les micro-entrepreneurs qui n’ont pas accès au crédit bancaire à travers le microcrédit.                              

Accompagner

Accompagner les micro-entrepreneurs avant, pendant et après la création de leur entreprise pour assurer la pérennité de leur activité.

Contribuer

Contribuer à l’amélioration de l’environnement institutionnel du microcrédit et de la création d’entreprise.            

L’ADIE agit sur l’ensemble du territoire français au travers de ses 18 Directions régionales pilotant 120 antennes et 190 permanences, ce qui lui garantit une relation de proximité avec les micro-entrepreneurs qu’elle finance.

En 2012, l’ADIE compte environ 78 000 micro-entreprises financées et accompagnées depuis sa création.

Les principes structurants

Les idées fondatrices de l’ADIE

Les idées fondatrices de l'ADIE

Une économie transformée
La micro-entreprise correspond aux besoins de la nouvelle économie et à l’évolution de la société, durement frappée par la désindustrialisation, le travail précaire et le chômage.
Le travail indépendant favorisé
L’évolution de la démographie et des mentalités favorise le travail indépendant : le vieillissement de la population entraîne le développement des services à la personne, et les incertitudes liées au travail salarié viennent conforter dans la population le désir de créer son propre emploi.
Un besoin : l'accession au capital
Pour que toute personne voulant entreprendre puisse le faire, il faut permettre aux pauvres d’accéder à un capital de départ et donc au microcrédit.
Une règlementation à simplifier
Les obstacles réglementaires à l’exercice de certaines professions doivent être levés. Il est donc nécessaire de faire pression auprès des pouvoirs publics pour faire évoluer les textes qui constituent une entrave à la création d’une activité indépendante.

Une organisation composée à la fois de salariés et de bénévoles

Ses équipes se composent de 450 salariés et de plus de 1700 bénévoles, en charge de l’examen des demandes de crédit, du suivi des projets et de l’accompagnement des micro-entrepreneurs.

Des fonds distincts pour le micro-crédit et l’accompagnement.

Le micro-crédit proposé par l’ADIE est financé par des crédits accordés par les banques à l’association. L’ADIE joue donc le rôle d’intermédiaire entre les banques et  des personnes auxquelles les banques refusent d’accorder un prêt. L’ADIE s’appuie également sur des dons pour financer ses micro-crédits.

L’ADIE s’appuie, pour ses opérations d’accompagnement, sur le un fond spécifique : le Fond ADIE (http://www.adie-fondsdedotation.org/le_fonds_adie/le_fonds_adie). Ce fond a reçu une dotation initiale de 1,5 millions d’euros de l’ADIE lors de sa création s’appuie sur des dons pour accroitre son capital.

Le choix des projets financés

L’Adie décide de l’octroi des prêts en fonction de trois principaux critères, humains et économiques:
• Le micro-entrepreneur : sa motivation, sa compétence, son expérience.
• Le projet : son potentiel de clientèle, l’implantation, le chiffre d’affaires prévisionnel, etc.
• La capacité de remboursement : la somme qu’il sera possible de rembourser mensuellement en fonction du budget du projet et des perspectives de revenus dégagés, et ce sans pour autant placer le micro-entrepreneur dans une situation financière précaire.

L’ADIE accorde une place prépondérante au dialogue et aux critères humains, à la différence d’une banque, qui place plutôt l’accent sur les aspects financiers.

Comment participer ?

Il y a divers moyens de venir en aide à l’ADIE.

Devenir bénévole

L’ADIE recherche des bénévoles pour renforcer ses équipes en charge de l’accompagnement des créateurs d’entreprise.

Les missions des bénévoles peuvent être diverses :

Accompagnement amont
Assurer les missions d’accompagnement des micro-entrepreneurs en amont de la création de leur activité : appui au montage du projet en amont ou en parallèle à la demande de financement.
Accompagnement en phase de démarrage
Accompagner individuellement les micro-entrepreneurs dans la phase de démarrage de l’activité, sur des domaines spécifiques tels que la gestion, le marketing, le juridique, etc.
Formation
Animer des sessions de formation collectives à l’intention des micro-entrepreneurs.
Permanences et expertise
Assurer des permanences administratives ou des rendez-vous d’expertise.
Tutorat Adie CréaJeunes
Devenir tuteur d’un jeune en formation dans le cadre du programme Adie CréaJeunes.

Faire un don au Fonds de Dotation Adie

Le Fonds de dotation Adie vise à recueillir les dons des particuliers et des entreprises afin de financer durablement les dispositifs d’accompagnement des micro-entrepreneurs.

Faire un don en ligne : http://don.adie-fondsdedotation.org/

Soutenir l’ADIE à travers l’Arrondi Solidaire

L’arrondi Solidaire est un mécanisme s’adressant aux salariés souhaitant soutenir l’ADIE tout au long de l’année. Le principe :
• un prélèvement chaque mois des arrondis du « net à payer » de votre bulletin de salaire,
• la possibilité d’ajouter une somme forfaitaire de un à quelques euros si vous le souhaitez,
• la possibilité pour votre employeur de faire un abondement de 100% ou plus de votre don,
• un don déductible des impôts à hauteur de 66%.

Epargner solidaire

Le Crédit Coopératif propose un produit d’épargne solidaire qui permet à toute personne physique fiscalement domiciliée en France de placer ses économies pour en faire bénéficier l’Adie : COD’Adie.
Il s’agit d’un Livret de Développement Durable qui permet à l’épargnant de reverser chaque année 50%, 75% ou 100% de ses intérêts annuels à l’Adie.
Le capital est garanti et l’épargnant peut disposer librement des sommes placées. COD’Adie est labellisé Finansol et le donateur reçoit chaque année un reçu fiscal lui permettant de bénéficier d’une réduction d’impôt au titre de son don, dans les limites fiscales en vigueur.