Les Systèmes d’Échanges Locaux (SEL)

Définition

Grains de SEL du pays d'Houdan

Un système d’échange local (ou SEL) est un système d’échange de produits ou de services construit à côté du système monétaire classique.

Un SEL est donc une structure associative déclarée ou libre qui permet aux adhérents de pratiquer des échanges multilatéraux valorisés en monnaie fictive et autonome, souvent basée sur le temps passé, aux noms variés (grain de SEL, cacahuète, truffes, bouchons, noix de coco, clous, …), et des échanges libres (plus souvent de services que de biens). La monnaie du SEL peut suivre des règles complexes et très différentes des règles courantes (monnaie non capitalisable, monnaie fondante, etc.).

L’échange se base généralement sur une conception objective de la valeur. Par exemple, dans les SELT (de « SEL-Temps »), la monnaie d’échange est directement le temps donc les échanges se font en heures ou en minutes. Une heure de travail vaut donc une certaine quantité de monnaie du SEL, que l’on ait fait une tâche qualifiée ou non.

Attention : Le terme SEL désigne à la fois une monnaie et l’association de ceux qui l’utilisentRemarque : Certains acteurs de l’économie durable préfèrent aujourd’hui parler de « monnaie locale sociale et complémentaire » (MLSC). Ce terme désigne alors uniquement l’unité d’échange, alors que le terme SEL désigne aussi bien l’association et ses adhérents que l’unité d’échange.

Mais encore ?

Les SEL ont généralement pour objectif de favoriser la solidarité et le lien social.

Les SEL ont généralement pour objectif de favoriser la solidarité et le lien social. Elles peuvent être des cadres de rencontres, de réflexions et d’échanges conviviaux autour de thèmes divers. Pour conserver cette qualité relationnelle, les SEL doivent cependant rester de dimension restreinte, ce qui peut paraitre limiter leur impact.

Les monnaies locales peuvent être créées pour diverses raisons.  L’atelier « Enjeux territoriaux des monnaies sociales et complémentaires » du colloque Festi’Fric de février 2012 a permis d’en distinguer 3 principales :

–        Territorialiser des activités (renforcer les territoires en privilégiant un circuit offre/demande local)

–        Dynamiser les échanges (certaines monnaies locales peuvent être « fondantes » : non utilisées, elles perdent de la valeur)

–        Transformer des pratiques, des modes de vie et des représentations sociales

Les objectifs de (re)localisation et de dynamisation des échanges sont d’autant plus assurés que les sommes en monnaie locale sont largement convertibles localement (biens et services) et difficilement convertibles ailleurs.

Des monnaies locales qui ne font pas l’unanimité

Les promoteurs des SEL  voient dans le système économique actuel des défauts  qu’ils espèrent corriger :

–        mauvaise valorisation du temps disponible notamment des chômeurs,

–        inégalité de départ et inégalité à l’arrivée,

–        poids exorbitant de la spéculation financière, et des multinationales qui profitent de la mondialisation, etc.

Les détracteurs y voient une réinvention pure et simple d’une économie parallèleLes détracteurs y voient une réinvention pure et simple d’une économie parallèle, sur les mêmes principes : produire, échanger, en marge des contraintes administratives, sans prélèvements obligatoires avec la réinvention d’une banque libre. Avec l’inconvénient de promouvoir une société close et protectionniste (les SEL ne peuvent être utilisés que de manière très précise dans un réseau de distribution bien défini) au lieu d’une société ouverte.

Par ailleurs, des questions très concrètes se posent quant aux actions réalisées dans le cadre des SEL :

–        Quelle protection sociale et assurance couvriraient les personnes vivant grâce aux travaux réalisés dans le cadre de SEL ?

–        L’activité dans le cadre d’une SEL s’apparente-t-elle à une concurrence déloyale lorsque deux voisins réparent le toit d’une voisine, et que celle-ci ne fait donc pas appel à la société de BTP locale ? (exemple réel ayant donné lieu à une procédure).

L’ambigüité légale des services rendus dans le cadre de SEL

Quelques cas de procès pour « travail clandestin » ont touché des adhérents de SEL. En France, il est en effet admis une exonération de TVA et d’impôts que dans la mesure où le service réalisé est une activité non répétitive et ponctuelle, type « coup de main » et n’entrant pas dans le cadre d’une profession. Si dans le cadre d’un SEL on se livre à une activité répétitive ou entrant dans le cadre de son métier, on se doit de le déclarer aux organismes concernés.

Exemples concrets

Des SEL au services des entreprises

Les SEL peuvent être créés pour résorber des problématiques économiques : c’est le cas des monnaies interentreprises qui aident les PME à payer leurs fournisseurs alors que leurs clients n’ont pas encore réglé leurs achats. Le « wir » suisse serait ainsi échangé pour une valeur de près de deux millions d’euros par an !

Des SEL créés par les collectivités

Dans d’autres cas, les collectivités locales peuvent créer un SEL dans un but précis. C’est le cas de la municipalité de Curitiba, au Brésil. Pour favoriser à la fois le tri des déchets et les transports en commun, la ville rémunère ses concitoyens pour leur activité de tri en ticket de transports publics. Résultat, le tri des ordures et l’utilisation des transports publics ont augmenté. Et les économies réalisées sur le tri ont pu être réinvesties dans le développement des transports en commun.

« SEL A VIE », une SEL un peu particulière à Abbeville.

A  travers l’entraide mutuelle à caractère ponctuel (l’échange de services et/ou d’apprentissages), l’association veut favoriser la valorisation des personnes en difficulté sociale. Les services rendus par des membres en difficulté les aident parallèlement  à développer leur connaissance du monde du travail et à développer leurs compétences, ce qui participe à leur insertion professionnelle. L’association vise par ailleurs à encourager la convivialité entre les personnes qui échangent, ainsi que la découverte de ce que propose la société en termes de culture et de loisirs.

Faute de soutien public et de relève à la tête de l’association, l’expérimentation « SEL A VIE » a été interrompue, mais l’idée de la double-utilité de cette SEL pourrait inspirer d’autres initiatives !

Pour aller plus loin

Cet article de novethic.fr présente les Systèmes d’Échanges Locaux : lien vers l’article.

Le sujet des SEL était au programme du colloque Festi ‘Fric 2012 : voir le programme, le teaser du colloque et les vidéos de l’évènement

Voir aussi cet article économique sur la théorie des monnaies fondantes, développée par Silvio Gesell. Il éclaire la théorie qui motive certaines SEL à définir des monnaies dont la valeur est dégressive dans le temps.